Appel de communications : Hegel, la religion, la politique

Dans la préface à la Phénoménologie de l’esprit (1807), G. W. F. Hegel soulignait que son époque était en proie à de profondes transformations qui touchaient l’ensemble des institutions en lesquelles s’étaient incarnés, jusqu’à ce moment, les croyances, les principes et, plus généralement, « la conception du monde » (Weltanschauung) propres à l’Occident. Parmi ces transformations, celles que subissaient la religion et la politique lui paraissaient revêtir une importance toute particulière. Aussi n’est-il pas surprenant que de ses premiers écrits théologiques de jeunesses jusqu’à ses travaux systématiques de la maturité, en passant par la Phénoménologie de l’esprit, Hegel se soit maintes fois intéressé aux bouleversements qui affectaient la façon dont ses contemporains comprenaient les rapports entre l’Église et l’État, le sacré et le profane, le divin et l’humain.

Il s’est certes écoulé un peu plus de deux siècles depuis que Hegel a entrepris de rendre compte des transformations politiques et religieuses qui, dans le prolongement de la Révolution française, ont secoué l’Europe. Cependant, depuis quelques décennies plusieurs penseurs et philosophes plaident en faveur d’une « relecture » et d’une interprétation à nouveaux frais des volets politiques et religieux de la philosophie hégélienne. En effet, si pendant un certain temps, la pensée religieuse et politique de Hegel semblait avoir été « dépassée » par le marxisme ou par le libéralisme politique, nombre de penseurs contemporains soutiennent plutôt qu’elle contient des ressources conceptuelles permettent de mieux comprendre la complexité des diverses transformations qui, dans le monde actuel, affectent les rapports entre la religion et la politique.

Ce colloque intitulé Hegel, la religion et la politique : enjeux et actualité est organisé par le Centre de recherche en éthique publique et gouvernance de l’Université Saint-Paul et aura lieu les 15 et 16 avril, 2016 à l’Université Saint-Paul (Ottawa, Ontario). Les organisateurs sollicitent des communications (en français ou en anglais) qui portent sur différents aspects reliés à ce thème. Les personnes intéressées sont priées d’envoyer un résumé d’environ 300 mots (accompagné d’un court CV) avant le 31 décembre, 2015 aux professeurs Martin Thibodeau () et Sophie Cloutier (). Les personnes sélectionnées (15 janvier, 2016) devront envoyer le texte complet de leur communication avant le 15 mars, 2016. Les propositions retenues feront l’objet d’une communication de 30 minutes.